Une identité

Entheos, Enthousiasme en grec, c'est l'esprit d'un ensemble professionnel créé en 2005 et se consacrant entièrement à la musique de la Renaissance. Tiré de la pensée de Platon ayant profondément influencée cette période, son nom évoque la force qui engagea l’homme du XVIe siècle à découvrir, créer et partager. C’est aujourd'hui le souffle qui porte l'Ensemble.

Une démarche artistique

En révélant et faisant chanter les liens entre musique, littérature, arts et Histoire, Enthéos vous invite à retrouver l’enthousiasme des spectateurs du XVIe siècle qui voient éclore des oeuvres nouvelles, des musiques proprement inouïes.  À la fois captivants, instructifs, étonnants et rigoureux, les programmes sont facétieux touchants et toujours poétiques.

Des références

Enthéos s’est produit en clôture de colloques de musicologie comme en 2007 au château de Manderen ou en 2009 à Montmorency. On a également pu l’entendre au Musée national de la Renaissance-château d’Ecouen, aux châteaux de Fontainebleau, Vincennes et Joinville, au Conseil d’État, au temple de Nancy, au festival de Nomeny (2005, 2008 et 2009), au Festival européen de musiques Renaissance du Clos Lucé d'Amboise, au Festival du Connétable d'Ecouen, au château de Fontainebleau, au château de Blois et au Grand Palais de Paris en clôture de l'exposition "France 1500". Lors de ses concerts, la presse remarque le son ample et le souci de mettre la voix au service du sens et des mots. Elle associe Enthéos à la sobriété, la finesse et la transparence.

Des projets

Parmi les projets d’Entheos, un grand spectacle avec œuvre vidéo sur le sculpteur Ligier Richier accompagné d’un ambitieux programme pédagogique, la sortie de son deuxième enregistrement : Refaire mourir Didon sur les vers de Virgile, une création mêlant musiques mariales du XVIe siècle et une création de la compositrice Caroline Marçot : Ave Maris Stella et un spectacle familial Louise de Lorraine, la Reine Blanche.

Enthéos reçoit le soutien de la Drac Lorraine et du conseil régional de Lorraine.